UNE SEULE SOLUTION : LA DISSOLUTION

Et non pas la Révolution.

Le Président n’est plus légitime et ne l’a d’ailleurs jamais été, élu à la suite d’un coup d’état de cabinet noir (merci Jean-Pierre Jouyet) et par une habile manipulation des sondeurs.

Ce n’est plus de la mauvaise humeur, c’est de l’insurrection. Or on n’arrête pas une révolution sauf par les urnes.

Tout le monde sait bien que le Grand Débat sera verrouillé et que tout cela sera évidemment du pipeau, comme le sont d’ailleurs en grande partie les mesurettes du premier janvier (https://metainfos.fr/2019/01/02/macron-ou-les-voeux-de-pinocchio/)

Comment éviter la décomposition de la police républicaine allant au corps à corps tous les jours de manière de plus en plus radicale et même semble-t-il raciste, le policier de Toulon ?

Le quinquennat, on ne le dira jamais assez, a complètement changé la donne établie par de Gaulle en 1958. Le président de la République ne peut plus s’élever au dessus des contingences de la politique au jour le jour. Il devient personnellement comptable devant la nation de l’ensemble de la politique de son gouvernement.

Changer de premier ministre ne changerait rien si ce n’est donner l’impression d’une manière peu élégante de se débarrasser de son incompétence sur un bouc émissaire. Faire comme si de rien n’était c’est-à-dire refuser de reconnaître que les choix politiques opérés ne donnent en réalité aucun résultat tangible sur le terrain économique, pourtant privilégié et espérer tous les jours une embellie économique devenu totalement improbable par la décomposition sociologique et géographique des territoires, c’est menacer maintenant la République.

L’espérance d’un miracle, d’un sursaut français par une grande manif a la De Gaulle c’est vouloir aussi monter les Français les uns contre les autres. C’est déjà assez et c’est surtout une méthode relativement risquée de gestion du temps politique, dont on voit pas où en serait l’efficacité.

Reste donc la seule solution raisonnable: la dissolution de l’Assemblée nationale. Cela peut très bien se vendre au peuple : « J’ai compris votre message et j’en tire les conséquences. Je vous demande de me renouveler solennellement votre confiance en élisant une majorité sur un programme que je vais vous présenter pour les années qui viennent. » Naturellement, En Marche sera battu et cohabitera mais qui sait pour être triomphalement réélu en 2022. Le peuple français est grognard et versatile. Ne jamais oublier qu’en avril 1944, il applaudissait le maréchal Pétain au balcon de l’Hôtel de Ville de Paris (https://www.medias-presse.info/images-darchives-le-marechal-petain-acclame-par-les-parisiens-27-avril-1944/96262/) pour l’arrêter exactement un après au poste frontière de Vallorbe (https://fr.wikipedia.org/wiki/Arrestation_du_mar%C3%A9chal_P%C3%A9tain).

Que craint-on ? L’annonce de la dissolution stoppera net les manifestations et le processus de violence en cours. Oui, c’est vrai certains ne mangeront plus à la gamelle. Ils iront pointer au Pôle Emploi bientôt. A chacun son tour. Que mérite un Griveaux sinon qu’il disparaisse de la scène publique au plus vite ?

Certes, s’il décide de dissoudre, Macron ne fera pas à ses oppositions (RN et FI) le cadeau d’une réforme institutionnelle instaurant une proportionnelle, même relative à moins de légiférer exceptionnellement car il s’agit de la constitution par ordonnances. Le résultat le plus probable sera donc le retour de l’ancienne droite aux affaires mais dans leur décomposition actuelle, la gauche comme la droite française » ne pèsent plus rien.

Des analystes sont d’ailleurs déjà vraisemblablement à l’œuvre dans les cabinets du pouvoir et les états-majors des partis, croisant des tableaux et des cartes pour tenter d’imaginer les résultats électoraux.

Le FN, la FI, des intellectuels comme Luc Ferry semblent en tout cas souhaiter cette dissolution. Certains Gilets Jaunes se sont prononcé aussi pour cette solution. Ils parviendront à présenter des candidats que ce soit sous une ou plusieurs étiquettes, qu’importe !  Alain Juppé et Xavier Bertrand attendent leur heure dans l’ombre.

Mais on sent bien que Macron est immature politiquement caril pourrait penser à la Mitterrand qu’une cure de cohabitation pourrait lui permettre de se représenter en 2022, surtout s’il doit supporter pendant trois ans une droite très autoritaire. Il pourrait alors même se présenter comme un « centriste » et un « modéré », ce qu’il n’est évidemment pas. C’est un extrémiste : un extrémiste libéral.

Seule la dissolution permettra d’instaurer une « respiration démocratique » dans le quinquennat, cette abomination concoctée par Chirac et Jospin. Sinon, ce sera le chaos et la police ne tiendra pas.La crise politique actuelle est en effet beaucoup plus grave que celles de 1968 et de 1997.

La seule solution institutionnelle est la dissolution de l’Assemblée Nationale. La seule solution est la dissolution, que la majorité actuelle soit renouvelée ou qu’une autre majorité sorte des urnes.

Qu’attend-on ?

Nous l’avons déjà écrit une élection coûte cher mais par chance, nous pouvons coupler ses législatives avec l’élection européenne, le même jour, laissant d’ailleurs six mois pour la campagne.

Qu’attendons-nous ?

https://www.mesopinions.com/petition/politique/motion-dissolution-assemblee-nationale-seule-solution/53702