COVID-19 ET FRANCE: DES STATISTIQUES ET DE LEUR USAGE

par Bernard PLOUVIER

Comme pour toutes les épreuves, qu’elles soient individuelles ou collectives, l’unique question importante est invariable : quelle(s) leçon(s) en tirer ?

Pour y répondre, il faut commencer par ouvrir les yeux et aller au-delà de la simple apparence. Fin avril, au bout de vingt semaines de pandémie, les statistiques officielles – certes biaisées par les chiffres curieux lancés de Chine, de Corée du Nord ou d’États arriérés – semblent avoisiner les trois millions de cas répertoriés et traités. La mortalité globale cumulative atteint pratiquement les 200 000 (soit un ratio de mortalité/cas répertoriés d’environ 6,6%)… on a donc bien paralysé la vie économique de l’Occident pour un « machin » qui tue beaucoup moins que la grippe !

Les données catégorielles chinoises des deux premiers mois (qui furent probablement peu truquées, car personne ne prévoyait l’ampleur que prendrait l’épidémie dans l’hémisphère Nord), puis celles venues d’Italie sont confirmées par l’étude des 10 000 premiers décès de France : la mortalité est de type sélection naturelle, comme c’était prévisible.

En France, 9 700 des 10 000 premiers décès ont porté sur des plus de 59 ans (6 000 de plus de 80 ans ; 2 500 de 70 à 79 ans et 1 200 de 60 à 69 ans), avec une surmortalité masculine (60% des morts).

Les accidents vasculaires cérébraux ou coronariens liés à l’hypoxie – le manque d’oxygène – témoignent des conséquences du tabagisme plus important dans les antécédents de nos « vieux » que chez nos « vieilles »… lors d’une épidémie survenant dans 30 ou 40 ans, le sex ratio sera probablement égal à 1 du fait du tabagisme forcené de nos jeunes dames ! La soi-disant protection dont bénéficieraient les fumeurs paraît bizarre au vu des statistiques de mortalité qui commencent à être disponibles. Là comme ailleurs, il faut se méfier des effets d’annonce et attendre des études rigoureusement conduites.

Donc, une fois encore : non ! Ce n’est pas la « guerre », soit une suite d’événements où meurent préférentiellement des hommes jeunes, en plus de « dégâts collatéraux » de tous âges et sexes.

Ce n’est pas la guerre... sauf dans nos zones de non-droit, où Macron-Philippe-Castaner démontrent plus encore qu’ailleurs leur incompétence et leur faiblesse coupables. Des comptes seront à rendre à la Nation, bien sûr pour la « gestion » (l’expression pilotage sans visibilité semble plus adaptée) économique et sanitaire de cette épidémie, mais aussi pour la tolérance des émeutes provoquées par les envahisseurs inutilement importés.

Il est très incomplet d’évoquer la « 4e position » de la France dans cette pandémie, en ne tenant compte que du seul nombre de cas traités. Les USA, où l’on avoisine le million de cas répertoriés, ont un poids démographique (330 millions d’habitants) sans comparaison avec ceux des 2e (Espagne : 220 000 cas) et 3e (Italie avec 195 000 cas) pays réputés les plus touchés. La France arrive effectivement en 4e position (160 000 cas), suivie de l’Allemagne (155 000 cas) et de la Grande-Bretagne (145 000 cas).

La Chine aurait moins de 90 000 cas répertoriés – sur 1,4 milliard d’habitants, dont une majorité d’individus à l’hygiène nulle ! En fait, depuis mi-mars, le compteur est bloqué sur le chiffre de « 83 899 cas ». La tricherie statistique est si évidente que l’on ne doit plus raisonner que sur les statistiques des pays occidentaux, d’autres pays asiatiques publiant aussi des estimations « curieuses ».

Si l’on étudie le nombre des morts en Occident, on peut soit les rapporter à la population soit les rapporter au nombre de cas traités. Bien sûr, les USA enregistrent entre 46 000 et 47 000 morts, à la date du 25 avril, mais rapportés aux 905 500 cas traités, cela donne un ratio morts/cas traités de 5,13%, ce qui est plus bas que la moyenne planétaire.

Le désastre sanitaire français n’apparaît dans toute son ampleur que si l’on étudie ce ratio mortalité/nombre de cas répertoriés. Avec 5 760 morts, l’Allemagne affiche le ratio le plus bas d’Occident (3,7%). Le système sanitaire français est, au moins pour l’instant, ridiculisé : avec 22 250 morts (13,9% de morts, soit le double de la moyenne planétaire). Nous sommes moins performants que les Espagnols (certes : 22 540 morts, mais pour 220 000 cas, soit un ratio de 10,24%). Seuls, les Belges font pire avec un ratio de 15,1% de morts/cas traités. Même les Italiens et les Britanniques, si critiqués, font un peu mieux que nous avec un ratio de 13,5% ; les Néerlandais sont à 11,7%.

La French Touch, l’exception française et autres fadaises publicitaires se paient très chèrement : incompétence semble rimer avec jactance ! Notre France sortira un peu meurtrie de cette crise, mais bien davantage encore appauvrie et surtout ridiculisée.

En plus de l’épreuve économique et morale engendrée par cette crise sanitaire, nous sommes contraints de subir la folie furieuse d’une population immigrée qui « s’auto-administre » du fait de la lâcheté de nos princes : économie reposant sur divers trafics (drogues, armes, prostitution, pillages), hors de tout contrôle des polices très bizarrement dirigées ; zones de guérilla civile larvée, se réveillant au gré d’imams de quartiers ou d’« intellos » qui ont pour seul objectif de détruire la société d’accueil.

Par l’effet d’une panique, l’on a ordonné l’arrêt de presque toute la vie économique… sans paralyser un seul instant les trafics de nos chers Z’immigrés. Le coût de cette folie plombera tellement la Dette que nos doux princes recommandent la politique de l’autruche : « Y-a-plus-de-dette » devient le slogan des «experts économistes »… s’ils sont aussi doués que les « experts médicaux » qu’on a vu à l’œuvre ces dernières semaines, ça promet !

Enfin, nos hôpitaux ont démontré qu’ils sont totalement inadaptés à la gestion sérieuse d’une crise sanitaire majeure.

Aux électeurs de conclure : on balaie les charlots ou on les remet en selle pour détruire définitivement l’État et laisser le champ libre à la substitution de population.

La France reste une République européenne ou vire à la Ripoublique islamique de Franchaouia.