LA RUSSIE ET ​​LA CHINE : SEULE ALTERNATIVE EUROPÉENNE ?

par Michel LHOMME

Nous devons être conscients que l’ennemi actuel est le pouvoir de l’argent et les processus qu’il soutient, comme la mondialisation ou la dette qui annihile la souveraineté des États. Cet ennemi essentiel est apatride, mais il a – disons-le sans masques ! – deux centres actuels essentiels: Israël et les États-Unis.

Dans le cas des USA, nous ne sommes confrontés qu’à un pays parasité. Aussi, le problème n’est pas les USA mais le parasite qui les domine, la finance et les multinationales des médias, cinéma, TV, internet, les gafa qui désormais utilisent sa puissance militaire et économique comme une simple marionnette. Des parasites, des virus qui ne travaillent pas pour les USA mais pour leurs seuls intérêts. 

Israël, s’il est un moyen direct du pouvoir financier, n’est pas sa « tête » mais un refuge et un bras armé.

Face à cette situation actuelle, l’Europe, si elle veut s’affranchir du pouvoir des bandiers, des banksters, des parasites financiers, sait – d’ailleurs inconsciemment le plus souvent – qu’elle doit affronter le pouvoir américain géré par les magnats financiers, en particulier par la judiciarisation de toutes les relations économiques. Il n’est dès lors pas envisageable et pour l’instant de croire un instant en la possibilité même d’un détachement européen de la finance mondiale et de son modèle même en se droguant intellectuellement au « jour d’après ».

Seule une libération de l’Europe avec l’aide d’alliés militairement puissants, capables de rejeter les pressions américano-israéliennes, tant économiques que militaires peut être envisageable.

Bien sûr, il y aurait une autre possibilité, très hypothétique quoique beaucoup plus agréable, ce serait celle d’un soulèvement révolutionnaire du « peuple », voire même une réaction interne, ultra populiste du peuple américain, réaction qui a déjà commencé avec Donald Trump et qui parviendrait à libérer les USA de la finance. Laissons cela pour les utopistes du « grand soir ».

Alors que reste-t-il à l’Europe ?

Répétons-le.La seule option est une alliance euro-russe, l’alliance eurasienne dont la puissance militaire, technologique et économique combinée rendrait toute pression américaine inefficace mais il y a plus aujourd’hui et c’est dorénavant quasiment envisageable stratégiquement, c’est un nouvel axe euro-russo-chinois. Seul un tel groupe serait capable d’annuler les plans de la finance et des marionnettes israélo-américaines, de la mondialisation totalitaire programmée. Cette alliance pourrait même être renforcée par des dissidents africains ou latino-américains dépendant de plus en plus des investissements chinois.

Mais sans cette alliance, l’Europe disparaîtra.