LE COUVRE-FEU : VITE !

(LES LEÇONS DE LA CORÉE DU SUD)

par Michel LHOMME

Oui, qu’on se le dise : ils devront rendre des comptes.

Comment expliquer tant d’atermoiements mais surtout de lâcheté (Castaner, disons « castagnette », l’un des Ministres les plus mauvais de la cinquième république, proprice à l’insulte gratuite des français (des « imbéciles » forcément) se défaussant sur les maires pour prendre les décisions qu’il est lui-même incapable de prendre.

Il faut le dire et l’écrire.

La France est en retard et ne profite même pas de ce retard qui sera mortifère pour tirer les leçons de l’Italie

(https://metainfos.fr/2020/03/21/covid-19-les-lecons-de-litalie/ )

ou de l’Asie, la Chine mais surtout aussi la Corée du Sud.

Or comment la Corée du Sud a-t-elle endigué l’épidémie ? Par deux mesures radicales : le dépistage systématique de sa population et le confinement strict des dépistés positifs, la fermeture des frontières, des écoles et des transports puis un confinement généralisé respecté à la lettre mais un confinement qui cela nous étonnera peut-être a maintenu bars et restaurants ouverts à la condition de respecter la distance de un mètre, la fameuse « distanciation sociale ».

En France, dans l’incompétence générale et même le mensonge d’appui du dit « comité scientifique », on nous répète que le dépistage systématique ne sert à rien: ce qui est FAUX. Il serait même primordial pour le confinement radical des personnes détectées positives. Tout simplement ce que ne dit pas le gouvernement français c’est que l’abandon du dépistage systématique résulte du « par défaut », de la contrainte économique : la France n’ a tout simplement pas de tests et est incapable de supporter le coût financier d’un dépistage généralisé.

En Corée du Sud, outre le dépistage systématique pratiqué, l’autre force fut la distribution de masques à toute la population. On sait ce qu’il en en est de la gouvernance française sur le sujet : il n’y a même pas de masques pour le personnel médical et hospitalier, pour les forces de l’ordre chargées d’assurer le respect du confinement. Or, dans une lettre ouverte adressée au ministre de la Santé, Olivier Véran,(socialiste et sans frontiériste convaincu), quatre personnalités engagées sur le terrain de la sécurité sanitaire ont appelé le gouvernement à changer de stratégie dans la lutte contre le coronavirus. « Il faut tester et isoler les personnes contaminées » , arguent, dans cette missive publiée par Le Parisien, Claude Got, professeur de médecine, Catherine Hill, épidémiologiste, Michel Parigot, chercheur en mathématiques au CNRS, président du Comité anti-amiante Jussieu, et Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière. Ils prônent donc la stratégie payante de la Corée du Sud réaffirmant que « deux erreurs de stratégie préventive peuvent encore être corrigées et doivent l’être le plus rapidement possible : la détection et l’isolement des personnes infectées d’une part et le port du masque d’autre part », expliquent-ils. Ils ajoutent que  » la stratégie qui consiste à ne pas tester les personnes ayant les symptômes caractéristiques et à seulement leur recommander de rester chez elles, sans même leur fournir de masque, c’est l’assurance de contaminer à chaque fois tout le foyer et de répandre un peu plus largement le virus »… Naïveté sans doute de cette affirmation alors que chacun sait que la France a pris la décision de ne tester que les cas graves non pas pour soulager les services hospitaliers mais parce qu’elle ne dispose tout simplement pas de tests et se refuse surtout d’en acheter et fabriquer en quantité.

Exactement, comme le cri d’alarme des soignants ou des maisons de retraite et services à domicile, établissements qui disent redouter la mort de 100 000 résidents en raison tout simplement d’un manque critique de masques pour les membres du personnel qui s’en occupent.

Aberrant, cette arrogance française qui donnait hier des leçons à l’Italie ou se moquait de la « dictature » chinoise mais annonçait lundi le confinement par sa plus haute autorité en autorisant le jogging ou pire en souhaitant avec Bruno Maire, laisser les librairies ouvertes (lobby de la FNAC ?).

Et puis enfin, cela a été suggéré hier, avoué même entre les lignes : il y a la banlieue, les zones de non-droit, la Seine-St Denis, explicitement cité par le ministre de l’Intérieur. Mais que s’y passerait-il donc ? On ne voit rien en effet sur les chaînes officielles de désinformation ! … Pillages à Trappes, mosquées restées ouvertes pour la prière du vendredi, marchés en plein air, barbecues de sans papiers dans les bidonvilles (http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/coronavirus-deux-controles-degenerent-a-torcy-et-la-ferte-sous-jouarre-20-03-2020-8284785.php ).

Ainsi, la lutte contre le Covid-19 est aussi une nouvelle épreuve pour les forces de l’ordre qu’on laisse partir une fois de plus au charbon sans masques pour gérer seul et totalement démunis les banlieues, la fierté de la République colorée et mondialiste.

En Seine-Saint-Denis (93), les verbalisations s’accumulent, mais la police a, selon nos sources, surtout l’ordre d’éviter certains quartiers sensibles dans le département voisin des Hauts-de-Seine (92). Au risque de quoi, de voir la contamination progresser ? Ou, le gouvernement dans le tri sanitaire qu’il va opérer aurait-il décidé cyniquement de « nettoyer les banlieues » en les laissant sans soin ? Bref, l’humanisme des socialo-libéraux en acte ! (https://www.letemps.ch/monde/saintdenis-limpossible-confinement-dune-capitale )

Certes, hier, les policiers ont reçu pour instruction de durcir le ton en Seine-Saint-Denis (93) et d’emmener en garde à vue les resquilleurs à la troisième verbalisation pour irrespect du confinement mais des patrouilles dans d’autres départements ont explicitement reçu l’ordre d’éviter certaines zones. Ainsi, la France serait incapable et ce, contrairement à nos voisins et à bon nombre d’autres pays, de faire respecter un confinement strict de sa population, d’appliquer militairement un couvre-feu par peur des allogènes qu’elle a laissé entrer volontairement sur son territoire sans mot dire depuis des années au prix d’ailleurs d’avoir ruiné l’économie française.

Mais peut-être le gouvernement français optera-t-il aussi bientôt pour la libération des prisons surpeuplées puisque cest devenu une habitude ces derniers jours de voir des détenus refuser de remonter à l’issue de la promenade, comme ce qui s’est passé dans la prison du Mans. (https://actupenit.com/2020/03/20/incidents-en-cours-dans-la-prison-du-mans-leris-va-intervenir/ ).

Pendant ce temps, les bobos macroniens ne pensent qu’à quitter la capitale et rejoindre l’île de Ré d’un écrivain qu’il ferait bien de relire (Henri Béraud) mais non, ils ne lisent pas ou que du tout-à-l’Ego, ils ne pensent qu’à la teuf ou à la chicha, c’est tellement tendance, pardon, mainstream !