IMMIGRATION : LE PANARI PURULENT EST-IL MUR ?

Par André CHANCLU

Comme toujours et pour satisfaire leurs vieux instincts et respecter leur feuille de route, la sphère médiatique a clairement identifié la priorité, qui, vous le voyez bien en lisant la presse, n’est pas cette vague de submersion qui nous arrive droit de Turquie, pays où des milliers, des millions (?) d’immigrés clandestins étaient parqués dans le respect des droits de l’homme puisque ces camps, ne l’oublions pas, sont largement financés et entretenus par nos impôts.

A part quelques voix discordantes, on préfère donc mettre son masque et attendre qu’un hypothétique virus vous arrive dessus, plutôt que de vous préparer physiquement à cette lame de fond migratoire illégale.

L’AFP, grand chef d’orchestre de la manipulation des masses bêlantes donne le la et choisit distinctement ce qu’il nous faut regarder, à savoir la misère humaine car, venons-en aux faits, cet organisme d’état a toujours été utilisé pour nous tromper, servir de laquais aux différents pouvoirs mais jamais pour ouvrir les yeux de la majorité d’entre nous.

Si, ce qui arrive là en Grèce, en Europe se concrétise, finies vos petites vies feutrées et votre tranquillité, même pour ceux qui se sont aménagés une zone de calme à la campagne.

Une image revient en moi comme une antienne, cette affiche d’Ordre Nouveau, petit mouvement des années 70 qui n’aura duré que trois ans, « Halte à l’immigration sauvage », tellement elle représentait avec des décennies d’avance le danger maintenant à nos portes.

C’était il y a cinquante ans.

Et depuis ?

Quels sont les partis qui ont repris à leur compte et ont mis en oeuvre l’endiguement de ces populations venues de l’étranger de manière irrégulière pour nous envahir ? Même le Rassemblement National se veut « consensuel ». Certes, le Front National issu en partie d’Ordre Nouveau n portait en lui son ADN anti-mirgatoire et a continué par la voie parlementaire et démocratique à dénoncer cette politique dévastatrice pour notre pays, mais leur conviction et leurs méthodes n’étaient pas déterminées, on en voit le résultat aujourd’hui.

Rien n’aura ainsi été fait depuis ces cinquante ans pour mettre un coup d’arrêt à cette invasion ou, au pire, à former nos concitoyens à s’y préparer et à s’en défendre.

Notre pays a appris spontanément à trembler devant un virus dont personne ne connaît les réels effets, mais il a oublié ses instincts de combat et de survie face à une armée fut-elle en guenilles qui fit de lui une nation de braves, de conquérants et de héros. Nous avons oublié nos héritages glorieux pour nous mettre en boule en tremblant au premier coup de tonnerre et à chaque attaque et cela depuis tellement de temps que même les plus fiers d’entre nous se mettent à douter.

Notre pays a été formaté à l’extrême perméabilité.

Est-ce pour demain ? C’est fort possible.

C’est certainement beaucoup plus probable que tout ce qu’ils nous promettent de terrible par la maladie.

Puissons-nous croire qu’il existe encore des coeurs purs et des âmes solides, une certaine jeunesse apte à reprendre le flambeau, mais il faudrait aussi qu’elle soit encadrée, formée pour que demain nous ne soyons plus une nation d’esclaves. Alors par qui ? Il nous faut pour cela du temps, de l’énergie, des moyens alors que le temps presse.

Nous saluons et remercions ici l’arrivée d’un nouveau collaborateur régulier et nous mettons en ligne en complément de son texte cet article quelque peu désespéré mais comment ne pas l’être en regardant Mayotte ou les derniers événements de la Gare de Lyon (https://metainfos.fr/2020/03/04/immigration-violences-a-mayotte-et-a-la-gare-de-lyon-censurees-par-les-medias-officiels/ ) qui nous paraît effectivement approprié :