LE CHOIX DES CALÉDONIENS RÉSONNE JUSQU’À MAYOTTE

Mansour Kamardine, député de Mayotte

Quarante trois ans après la consultation des Mahorais sur l’indépendance, les Calédoniens leur emboîtent le pas, en décidant librement et largement du maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France.

C’est une belle victoire pour les tenants de la Calédonie française. Cette expression démocratique par le suffrage populaire d’une adhésion volontaire à la France, ce choix d’un destin commun résonne jusqu’à Mayotte

Ces choix sont forts de sens. Ils sont la marque des valeurs positives et universelles que la France fait vivre à des populations par-delà leurs origines, leurs spiritualités et leurs couleurs de peau. De plus, la libre association des ultramarins par consultation référendaire est la preuve que les accusations de colonialisme sur la scène internationale sont mal fondées. Enfin, ces choix manifestent l’exercice par les ultramarins de la plénitude de leur citoyenneté française.

Les collectivités d’Outremer ne sont pas des confettis de l’empire, ils sont un symbole de la grandeur de la France, de ses valeurs universelles et de la réalité d’une présence et d’une influence mondiale. Elles sont les frontières extérieures de la France et de l’Europe et doivent être défendue comme tel, à Mayotte, en Calédonie et ailleurs.

Les ultramarins doivent enfin être considérés comme des français à part entière, sur la scène internationale comme par les pouvoirs publics français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.